Pratique

Comment mener un débat  sur un bien commun avec prudence, tempérance, force  et justice 

La  pratique du débat implique d’être en confiance avec les autres participants. Mais la confiance ne se décrète pas.

table

La confiance s’établit aisément dans des petits groupes de 6 à 10  assis autour d’une table devant discuter d’un sujet central.

IA3-design-Interdisciplinarite

Le débat sur nappe est rationnel. Il laisse à la table le soin de s’organiser pour noter sur la nappe les propos débattus en lien avec le propos central. Chacun peut ainsi s’assurer qu’il a bien été entendu. Si l’assemblée  est de l’ordre d’une centaine de personnes, on peut identifier les thèmes controversés en demandant aux participants d’une autre table de venir se faire expliquer les propos d’une table, de les juger et de les argumenter.

Alors que le débat sur nappe est synchrone et à présence, le débat numérique est asynchrone et à distance. Dans un débat, on peut organiser des phases synchrones et asynchrones. Avec l’asyncronicité et la distance, on perd la facilité une confiance et une participation spontanée.

Le  débat en masse sur internet a été étudié par Aaron Swartz, pionnier d’internet, du  libre accès et  brillant développeur. Dès 2006, il démontre l’effectivité de la loi d’échelle : sur Wikipedia   50%  des contributions sont faites par 0,7%   et 73%  par 2% d’ un groupe de 1000 personnes. Les enrichisseurs du contenu sont à cette époque déjà 10 fois moins nombreux que les correcteurs du contenu. La loi d’échelle n’est pas une distribution normale car pour 1 contributeur, il y a de l’ordre de 10  correcteurs et  de l’ordre de 100 lecteurs.

Pour le développement d’internet, Aaron Swartz pose une sorte de principe de participation volontariste des experts qui recommande à ceux qui ont un talent de développement de s’en détourner pour écrire.  Son principe complète un principe de tolérance et écarte le principe d’excellence de Hardy.

Principe de mobilisation des développeurs : Principe de Aaron Swartz : je me consacre à l’écriture car l’écriture est une affaire trop importante et la programmation trop rébarbative.

 Principe de tolérance  : soyez tolérant dans ce que vous acceptez  et pointilleux dans ce que vous produisez. John Postel

Principe d’excellence : je fais ce que je fais car c’est la seule et unique chose que je peux faire bien…. Si un individu est doté d’un talent authentique, il devrait être prêt à tous les sacrifices pour le cultiver. G.H. Hardy (c’est certainement un exemple d’humour britannique!)

La confiance comme la participation ne sont donc pas naturelles dans le débat numérique. Il faut mobiliser les experts pour que le débat soit nourrit par la controverse, s’appuie sur des savoirs et stimule les citoyens à participer ou tout au moins à s’y intéresser.

Pour gagner confiance et participation, une application de débat numérique aura à répondre aux questions suivantes  :

  • Qui a le pouvoir sur le débat ?
    • Collégialité :
      • qui décide de la participation des parties prenantes?
      • qui décide de la participation des citoyens?
    • Subsidiarité :
      • qui décide des sujets de débats?
      • qui fait les synthèses?
    • Transparence :
      • A qui est restitué le débat? : commanditaire, parties prenantes, citoyen?
      • comment le débat est modéré?
      • qui décide de l’ouverture et de la fermeture d’un débat?
      • comment sont restituées les contributions en présence?
  • Quelles garanties pour les participants?
    • Vie privé :
      • comment sont protégées les informations confidentielles?
      • comment sont protégées les opinions politiques et religieuses?
    • Authentification des idées
      • comment sont protégées  les idées innovantes?
      • comment sont valorisées  les idées innovantes?
  •  Quelle rationalité des échanges ?
    • Comment sont formulés les énoncés?
    • Comment les opinions sont distinguées des arguments?
    • Quelles sortes de jugements sont exprimés?
  • Comment se développent les controverses ?
    • Le rôle des parties prenantes?
    • Le rôle des citoyens?
  • Comment sont mobilisées les  savoirs ?
    • Comment sont typés les arguments controversés?
    • Comment sont discutés les arguments controversés?
  • Quels algorithmes?
    • Pour indexer les propos.
    • Pour classifier les échanges.
    • Pour mettre en relation des débats.
    • Pour intervenir dans le débat.

La notice de Dialoguea

Dialoguea est un outil numérique d’annotation collective d’un texte.

bouton

Je sélectionne  [Argumenter]

boite

J’écris mon opinion en  remplissant complètement le formulaire :

  • 1) reformulation du passage,
  • 2) jugement  accord, désaccord ou incompréhension
  • 3) explication.
  • 4) ok

Je peux argumenter  de la même manière l’argumentation d’un autre.

En cliquant sur ces boutons,

dialoguabouton

J’ai une image des mots présents  dans le débat et des échanges qui me permet de naviguer dans le débat.

Nuage

J’ai une vue synthétique du développement des arguments.

rosace

Je peux sélectionner un intervenant ou un thème.

localisation

Je peux placer des hypostases sur le texte et les arguments

MACRON 29:04

Je peux prolonger des débats sur ces dernières. Les hypostases sont en blanc

 

boite de dialogue

 

Les spécifications de dialoguea:

Cet outil dont les créateurs sont Jean Sallantin, Véronique Pinet, Claire Ollagnon et Philippe Estival respecte ici les spécifications suivantes :

  • Qui a le pouvoir sur le débat ?
    • Collégialité :
      • Qui décide de la participation des parties prenantes?
        • La partie prenante elle-même
      • Qui décide de la participation des citoyens?
        • Le citoyen lui-même
    • Subsidiarité :
      • Qui décide des sujets de débats?
        • Forum des débats pour le thème central
        • Les participants le déclinent comme ils le veulent
      • Qui fait les synthèses?
        • Personne
    • Transparence :
      • A qui est restitué le débat? :
        • Il est restitué à tous de la même manière
      • Comment le débat est modéré?
        • Pas de modération sauf si gros dérapage géré par Forum des débats.
      • Qui décide de l’ouverture et de la fermeture d’un débat
        • forum des débats
      • Comment sont restituées les contributions non numériqques?
        • pas de restitution
  • Quelles garanties pour les participants?
    • Vie privé :
      • Comment sont protégées les informations confidentielles?
        • respect attendu de la loi RGPD
      • Comment sont protégées les opinions politiques et religieuses?
        • respect attendu de la loi RGPD
    • Authentification des idées
      • Comment sont protégées  les idées innovantes?
        • pas de protection
      • Comment sont valorisées  les idées innovantes?
        • pas de valorisation
  •  Quelle rationalité des échanges?
    • Comment sont formulés les énoncés?
      • il existe un champ particulier appelé reformulation
    • Comment les opinions sont distinguées des arguments?
      • oui : quand les arguments ont marqués par une hypostase 
    • Quels types de jugements sont exprimés?
      • jugement d’une opinion :  accord, désaccord, pas compris
      • jugement  d’un argument : recevable, incomplet, incertain
  • Quelle gestion des controverses?
    • Comment s’enrichit le  langage?
      • par les mots des propos
    • quel type est attendu pour les nouveaux arguments ?
      • confirmation théorique d’un argument empirique
      • Confirmation empirique d’un argument théorique
  • Comment sont indexés les savoirs en jeu?
    • comment sont typées les savoir?
      • 30 hypostases 
    • comment sont discutées les connaissances mobilisées?
      •  en tant qu’argument : recevable, incertain, incomplet
  • Quels algorithmes?
    • Les énoncés sont-ils typés automatiquement? non
    • Les débats sont-ils automatiquement classifiés ? non
    • Les débats sont-ils automatiquement mis en relation? : non
    • Y-a-t’il des chatbots? non