Politique

: un débat  numérique collégial, subsidiaire et transparent.

Toutes les Sociétés Humaines, avant nous, après nous, autour de nous, ont été, sont ou seront confrontées à des débats qui ponctuent leur évolution, leur existence et leur continuité.

Un débat numérique doit être collégial par la participation de toutes les parties prenantes, subsidiaire en se situant à la bonne échelle, et enfin transparent. Ces propriétés naturelles pour les petits groupe ne le sont plus pour les grands groupes.

Dans les grades groupes, il s’agit de limiter l’apparition des fakes (contre vérités)  et  des trolls (perturbateurs de débats) diffusés par les réseaux sociaux. Ces formes modernes de manipulation des débats politiques déforment la perception de notre vécu quotidien et pervertissent les décisions dans l’aménagement du Territoire.

troll01

Il est temps  de se doter d’outils numériques et réglementaires pour éveiller l’esprit critique des citoyens et rendre plus difficiles les manipulations et récupérations. Tout simplement, il est temps que notre pays respecte ses engagements réglementaires  sur le débat démocratique (convention d’Aarhus, charte de la concertation, décrets et ordonnance sur l’étude d’impact de 2016/08).

La visée est d’abord politique : réintroduire la politique pour tous, grâce à des outils numériques de débats qui respectent, protègent  et nourrissent l’expression et la créativité du citoyen. Chacun  a le soin et le droit d’adapter l’usage de ces outils de débat aux spécificités de ses débats.  Elle concerne évidemment la formation à la citoyenneté  dans l’enseignement secondaire.

EN BREF :

  • Qui a le pouvoir sur le débat ?
    • Collégialité :
      • qui décide de la participation des parties prenantes?
      • qui décide de la participation des citoyens?
    • Subsidiarité :
      • qui décide des sujets de débats?
      • qui fait les synthèses?
    • Transparence :
      • à qui est restitué le débat? : commanditaire, parties prenantes, citoyen?
      • comment le débat est modéré?
      • qui décide de l’ouverture et de la fermeture d’un débat?
      • comment sont restituées les contributions en présence?