IA

En chantier

Les dispositifs techniques  pour la correction et la complétude des débats numériques.

L’incomplétude de la connaissance est la raison même du débat. Pourquoi débattre sinon pour diminuer l’incertitude pesant sur une connaissance.

Cette incomplétude est flagrante dans  la gestion des biens communs que nous partageons sur les territoires que nous habitons : éducation, santé, justice, écologie, économie, transport, écologie…

On peut débattre de manière correcte  même avec des connaissances incomplètes. C’est pourquoi on apprend en débattant.

La correction concerne le respect de normes morales .  Un standard appelé  « manifeste » sert au montage des enregistrements des compétitions sportives et en particulier à l’arbitrage vidéo. Ce standard pourrait être adapté à la gestion  des enregistrements des débats publics pour le contrôle de leur collégialité, subsidiarité et transparence.

La correction concerne le respect de normes éthiques. Des outils comme les block-chains privées sont adaptés à gérer le respect de la vie privée et la défense de la propriété des idées.

La correction concerne le respect de règles logiques qui portent sur l’opposition et l’enchainement des arguments et qui distinguent les arguments  (énoncés prouvés)  des opinions (énoncés pas prouvés). Un outil d’argumentation  va imposer  aux intervenants de déclarer la nature de son jugement sur son propre argument.

La correction concerne le respect d’une règle philosophique :  un doute méthodique, dans l’objectif est de permettre à chacun de comprendre les choses et les autres avec en puissance la capacité de mieux se comprendre. Comprendre revient à exercer son esprit critique sur ses propres arguments et sur ceux des autres. Les hypostases ont pour rôle de permettre de repérer  ce qui est factuel pour l’un et controversé pour l’autre.Un outil d’argumentation peut s’appuyer sur une classification universelle des hypostases pour permettre aux participants  de déclarer en quoi leur argument est  pour eux factuel.

La correction est scientifique  quand les arguments s’appuient sur des dispositifs de preuve leur permettant d’estimer des incertitudes. Les  scientifiques apportent des dispositifs de preuve empirique et formelle pour donner un fondement factuel aux hypostases des parties prenantes. Ces dispositifs instaurent une confluence dans les débats : ce qui est une condition de convergence aux débats.

Un chatbot est un système respectant les contraintes précédentes de correction qui a ses propres dispositifs de preuve et qui intervient dans les controverses.

 

Animalité, Humanisation hominisation….

En permettant une intervention des  Chatbots dans le débat,  on se donne la capacité d’élever le niveau du débat.

humanité

De plus, la spécification logique des hypostases permet de réaliser des algorithmes assistant les humains à factualiser la réalité sous la forme d’hypostases.

extension

C’est pourquoi on peut,  comme le pense Emmanuel Macron, imaginer que le débat participe à l’action politique.

macron-deb

Il demeure pourtant qu’il faut préciser quel est le dessein de l’Intelligence Artificielle pour ceux qui la font, qui la possèdent et de ceux qui s’en servent.

« Mais une intelligence artificielle n’est rien d’autre que le projet qu’elle sert, dans les conditions définies par ceux qui l’ont programmée, sur la base des données qui lui ont été fournies et ces trois conditions dessinent, by design, si j’osais devant vous, le modèle d’intelligence artificielle que nous voulons voir exister ou plutôt et beaucoup plus simplement celle du modèle de société que nous voulons. Et en la matière, rien ne serait pire que de laisser ces choix à des entreprises privées ou à des systèmes autocratiques. Et donc, quand on parle d’éthique et de choix politique sur l’intelligence artificielle, c’est justement de considérer qu’il y a un implicite derrière cette aventure qui est la nécessité de procéder à des choix profonds.” Extrait du discours  d’Emmanuel Macron  sur l’IA au collège de France