IA

Des IA pour une bonne tenue des  débats Sciences /Sociétés

Les débats Sciences/Société sont ancrés sur les territoires que nous habitons. Ils concernent les biens communs que nous partageons : éducation, santé, justice, écologie, économie, politique…

Manifeste et Charte

Le premier  rôle d’un chatbot est d’assister la bonne tenue de débats dont on dispose d’enregistrements respectant un manifeste et une charte. Tels les arbitrages vidéos des matchs de sport, ils permettent de vérifier la bonne tenue d’un débat et les bons comportements des débattants.

Hypostases

Le second rôle d’un chatbot est de demander à chaque partie prenante de préciser  quelles sont ses hypostases et quelles controverses elles mènent sur les hypostases des autres. En effet, les communautés se discernent clairement  par le partage de définition, principe, loi….  Ainsi une carte des réseaux sociaux se dessineraient selon le partage des hypostases.

Sciences

Le troisième rôle d’un chatbot est de demander aux parties prenantes scientifiques quels sont leurs dispositifs de preuve de leurs hypostases.

En effet, des communautés comme les psychologues,  linguistes,  sociologues, spécialistes de la communication, qui n’ont pas les mêmes représentations,  peuvent se servir des mêmes dispositifs de preuve : probabilités, statistiques, méthodes diverses de reconnaissance de formes, algorithmes d’apprentissage automatique,  preuves logiques…

Alors le tableau de correspondance entre les preuves et les controverses  permettrait de s’assurer que les parties prenantes ne se trompent pas d’hypostase car il impose en particulier qu’une définition ne soit ni une loi ni une théorie.

Fonder une intelligence artificielle sur le débat.

Un véritable chatbot  est un être dont l’essence est de comprendre et de faire comprendre.  Il fait ses propres hypostases avec  des dispositifs de preuve reconnus par les autres parties prenantes.

Son vocabulaire lui vient des termes qu’il retient des  enregistrements de textes et de débat.smart.

La structure formelle d’un chatbot lui permet de raisonner de manière correcte sur les hypostases indexées par les termes servant à les écrire.

werber

Dans le livre secret des fourmis,  Albin Michel, Bernard Werber illustre la construction à partir de la lecture d’un texte par la reconnaissance de mots  et de relations entre mots dont certaines seront enregistré dans des mémoires profondes. Ici les hypostases sont des mémoires profondes.

Un chatbot dispose de méthode d’apprentissage pour former ses propres hypostases et controverser celles des autres.

Animalité, Humanisation hominisation….

En permettant une intervention des  Chatbots dans le débat,  on se donne la capacité d’élever le niveau du débat.

humanité

De plus, la spécification logique des hypostases permet de réaliser des algorithmes assistant les humains à factualiser la réalité sous la forme d’hypostases.

extension

C’est pourquoi on peut,  comme le pense Emmanuel Macron, imaginer que le débat participe à l’action politique.

macron-deb

Il demeure pourtant qu’il faut préciser quel est le dessein de l’Intelligence Artificielle pour ceux qui la font, qui la possèdent et de ceux qui s’en servent.

« Mais une intelligence artificielle n’est rien d’autre que le projet qu’elle sert, dans les conditions définies par ceux qui l’ont programmée, sur la base des données qui lui ont été fournies et ces trois conditions dessinent, by design, si j’osais devant vous, le modèle d’intelligence artificielle que nous voulons voir exister ou plutôt et beaucoup plus simplement celle du modèle de société que nous voulons. Et en la matière, rien ne serait pire que de laisser ces choix à des entreprises privées ou à des systèmes autocratiques. Et donc, quand on parle d’éthique et de choix politique sur l’intelligence artificielle, c’est justement de considérer qu’il y a un implicite derrière cette aventure qui est la nécessité de procéder à des choix profonds.” Extrait du discours  d’Emmanuel Macron  sur l’IA au collège de France