Débat

Bach entre nombre et géométrie

La Chapelle, 170 rue Joachim du Bellay

Avec la participation de Moreno Andreatta, Gilles Baroin et Emmanuel Amiot

S’il y a un compositeur de l’histoire de la musique classique que l’on associe naturellement à l’utilisation de procédés numériques dans la composition, c’est bien Jean-Sebastian Bach ! Des canons de l’Offrande Musicale ou des Variations Goldberg jusqu’à son œuvre inachevée L’Art de la fugue, le style contrapuntique du compositeur Allemand se prête tout à fait à être étudié avec des outils mathématiques, des plus simples – basés sur les nombres – aux plus sophistiqués utilisant des concepts de symétrie et des formes géométriques qui sont loin d’être triviales. A côté des rapports subtils de Bach avec les nombres, dont certains deviennent des véritables signatures de ses œuvres, les symétries sont à la base des canons par mouvement contraire, des canons retrogradables (ou à l’écrevisse), des canons par augmentation ainsi que des canons énigmatiques, que l’interprète doit résoudre un peu comme on résout un problème mathématique. On montrera comment ces symétries sont liés à des transformations géométriques et comme ces dernières permettent d’établir des liens profonds avec des constructions mathématiques inventées au XXe siècle !

Commentaires

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *